Hatha Yoga

Publié le par Lolaaa

 

C'est la pratique la plus répandue.

Généralement, les séances de hatha yoga s'articulent autour d'un certain nombre de postures organisées selon les niveaux des participants et l'objectif de la séance. La respiration peut-être rythmée au sein des postures ou concentrée pendant un temps privilégié : le pranayama. La séance se termine généralement par un moment de relaxation. Ces trois constituants peuvent être disposés de manière très différente selon les écoles, le moment de la journée, l'âge et l'attente des participants. Moins fréquemment en Occident, des extraits des Yoga sutras peuvent être chantés, ainsi que des mantras, cette étape est plus fréquente dans son contexte, en Inde.

Les asanas : (= posture) :

Les postures ont un impact :
- En terme d’étirement musculaire, ce qui favorise un drainage de la musculature et soulage les douleurs issues des tensions.
- En terme de massage des organes internes, par compression et décompression successives.
- En terme de concentration et d’une certaine connaissaince de soi, pour pouvoir contracter les muscles nécessaires à l’architecture de la posture ou au contraire détendre ceux qui s’y opposent.
- Il faut une certaine expérience pour pouvoir maintenir une posture dans une détente « structurée » , avec une respiration régulière ainsi qu’un bon alignement vertébral coordonné avec les alignements des autres segments corporels.

Toute posture (asana) que le corps peut adopter sera du yoga tant que l’intensité respectera le contentement qui ressortira de cette pratique. La non-violence envers son propre corps, l’humilité, sont des préceptes des Y.S. qui réfrènent la tentation de confondre yoga et acrobatie. Les postures peuvent être statiques. Quand elles sont dynamiques, elles peuvent se pratiquer selon un enchaînement précis, souvent selon un ordre respiratoire particulier.
Les Bandhas :
Il existe trois bandhas qui constituent une forme de verrou pour maintenir l'énergie lors de la pratique des asanas et du pranayama. Un bandha consiste en une contraction de groupes musculaires qui se localise en trois niveaux du buste :
- Jalandhara Bhanda : compression de la gorge par inclinaison de la tête,
- Uddiyana Bandha : le ventre est rentré par expansion de la cage thoracique,
- Mula Bandha : les muscles du périnée sont contractés pour fermer la base du tronc.

Le pranayama :

Les quatre phases de la respiration peuvent être explorées : l'inspiration, la rétention poumons pleins, l'expiration et la rétention poumons vides.

- Différents exercices mettent l’accent sur : - une ou plusieurs de ces quatre phases, - un rythme soit lent, soit rapide (Kapalabhati), - une narine seule ou deux narines alternées ou deux narines ensemble, - une production ou une absence de son, - une durée compatible avec les capacités du pratiquant.


Ces techniques de pranayama permettent le développement de la concentration en diminuant la dispersion mentale, et lorsqu'une base de recueillement suffisante a été établie, le corps et l'esprit vont acquérir une vigueur et une vitalité nouvelle en puisant à même l'énergie du Prana.

Par ailleurs, elle favorise une prise de conscience du rythme irrégulier de la respiration (lors du stress), pour la ramener vers un rythme plus naturel et plus lent.

La relaxation (samadhi) :

Posture, respiration, méditation, peuvent tour à tour culminer dans la pratique. Avec la maturité et dans une difficulté croissante, elles se combinent par deux : postures/respiration ou postures/méditation, et par trois : postures/respiration/méditation.

Cette phase, qui conclut généralement la séance, s’accomplit en position assise ou allongée, et vise l’éclosion d’un sentiment de paix. Elle s’accompagne d’une respiration lente et profonde, de suggestions, ou de sons très doux. La relaxation prépare à la méditation. La méditation selon qu'elle est objective ou non, et/ou volitive ou non, accède à des niveaux différents.

Répercussions sur l'organisme :

Le yoga pose deux règles simples pour la synchronisation respiratoire lors des enchaînements dynamiques, de préférence : inspirer dans une posture d'ouverture, et expirer dans une posture de fermeture. Tout en favorisant un meilleur fonctionnement du diaphragme, l'attention portée au souffle aide à diminuer le flux des pensées. Ces apprentissages de base nécessitent plusieurs mois de pratique (respiration profonde).

Les diverses postures sont appelées âsanas et leur exécution impeccable nécessite une complète présence au geste ainsi qu'un patient engagement, afin de coordonner tous les éléments qui y sont mis en jeu. Le Hatha Yoga nécessite une implication physique, le corps devenant un laboratoire où sont vécus en direct les réussites comme les échecs. Les opposants au Hatha Yoga estiment que les prouesses corporelles sont en totale contradiction avec les objectifs d'humilité et d'harmonie que la tradition du yoga a tracé depuis des millénaires ; ils estiment le péril tel qu’au lieu de finalement dissoudre l’égo, l’énergie accumulée à travers les exercices tendrait au contraire à le renforcer.

Publié dans zen

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
F
Nous te souhaitons le plus doux des Noëls Gros Bisous d’Alsace Gwen, Sebele et Frédé.
Répondre
:
Bonne fête de noël à toi et à ta famille !
Répondre