MiniLola et son double

Publié le par Lolaaa

Mes filles, quelque fois je les préfère en photo. Surtout la petite. Non mais comprenez moi bien, j'adore mes enfants ; elles sont sympa, enjouées, calines, mignonnes... Très vivantes... Simplement, je crois que ma cadette a une jumelle maléfique, c'est pas possible autrement. Bah oué, comment une adorable poupette de 28 mois peut devenir une vraie vérole en l'espace de 5 secondes ? Z'ont du se tromper à la maternité, il y en avait une autre de caché, obligé !

Tiens, hier après midi, l'Homme étant parti avec la grande, je suis resté à la maison avec MiniLola. Elle était super gentille jusqu'à ce que je prenne l'idée de partir à la poste. J'ai décidé de ne pas prendre la poussette ; bah, j'aurais dû la prendre en fait ; ça m'aurait évité de me contorsionner dans tous les sens tout en m'occupant du courrier que je devais envoyer, tout ça pour garder un oeil sur ma diablesse. En fait, depuis peu, elle sait descendre les escaliers sans les mains et sans les fesses, donc dès qu'elle peut : elle monte et elle descend. Et à la poste, forcément il y a des escaliers... Qui donnent sur une porte automatique... Qui, elle même donne sur la rue ou beaucoup de voiture passent (bah oué, forcément). Et une loupiotte de 28 mois, ça n'a peur de rien, ni de grimper sur les plans de travail pour prendre des gâteaux, ni de faire l'ascenssion du mont canapé pour sauter sans parachute, ni de se tirer dans une rue pleine de voitures... donc déjà, une file d'attente à faire perdre patience à un mort ; j'avançais pas beaucoup parce qu'il fallait que je veille MiniLola ; dès que je la prenais vers moi, elle hurlait et les gens me regardait d'un air réprobateur (il faudrait peut être que je lui couse les lèvres quand on part ?) donc je la laissais jouer en gardant un oeil sur elle. Au bout de 10 bonnes minutes, c'est enfin mon tour. J'appelle ma fille, je remplis mes papiers, avec l'aide de la guichetière qui comprend mon désarroi : "J'en ai eu quatre comme ça, à un an d'écart chacun, je sais ce que c'est !" ; le guichetier à côté, bien moins cool, me sort d'un air agacé : "Elle se sauve, là !" ; je lâche tout, récupère ma gamine à deux pas de la route, remonte avec mon paquet gigotant et hurlant sous le bras ; me transforme en superMaman et finit mes écritures d'une main, aidé par ma guichetière qui me tenait le papier, pendant que ma gamine jouait au singe hurleur sous mon bras et que les gens nous regardaient, atterrés ou agacés. Je me suis dépêché à payer et à sortir de là, si bien que j'en ai oublié mon numéro de suivi... M'enfin, la dame a reçu son paquet, donc pas grave. Mais tu parles d'une vérole, quand même ! Après la poste, direction l'oculiste pour mes lunettes ; je craignais le pire, mais en fait, ils ont mis des jouets en plein milieu de la pièce, du coup, elle a joué tranquillement en m'attendant. Et une fois dans la voiture, l'angelotte est revenue : plus un mot, plus un cri, calme comme tout... Charogne ! La prochaine fois, je prendrais la poussette, ça ne l'empêchera pas de faire le foin, mais au moins elle restera en place.

Publié dans Tranches de vie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article